7 mars 2019


Dernière journée à Alexandrie... petit-déjeuner sur la terrasse de l'hôtel. Il fait beau et je m'en vais. C'est comme ça la vie!
J’ai finalement été agréablement surpris par la qualité des présentations des étudiantes et étudiants en environnement. J’avoue que mercredi, à 18h, après avoir rencontré quelques équipes qui me questionnaient encore sur les premières étapes du travail, j’étais inquiet. Puis j’avais demandé que les équipes me remettent leur document dès 9h30 le jeudi matin pour que nous puissions commencer à présenter dès 9h45. Les deux délégués étudiants ont cependant proposé de remettre à 10h le dépôt du travail. Je sentais la fébrilité dans l’air. J’ai alors annoncé que nous allions manger plus tard... ce qui ne me gênait pas personnellement puisque je prenais l’avion à 3h30 du matin vendredi. 

Les présentations ont donc défilé, avec quelques belles surprises.  Dès l’après-midi, j’ai fait parvenir les huit PowerPoint à notre cliente, Monique Laure Manikwe, de Green Africa, ancienne étudiante de ce département. Je les ai aussi fait suivre à Martin Yelkouni, directeur du département Environnement. J’espère qu’elles leur plairont et que l’une d’entre elles sera choisie et réalisée.  Nous terminons naturellement par la photo de groupe, un incontournable!

Un autre incontournable, un passage à la Bibliotheca Alexandrina. J'ai toujours plaisir à retourner dans ce merveilleux établissement, à voir de nouvelles expositions, revoir les permanentes, passer par la boutique...


Ne vous en faites pas, je suis en attente pour embarquer dans l'avion qui me mène d'Alexandrie à Istanbul... Vers 23h30, en route pour l’aéroport Borg El Arab d’Alexandrie, nous avons eu une crevaison. De toute façon, je trouvais que nous partions tôt de l’hôtel, à 23h, pour un avion qui décolle à 3h30 du matin. Marie Samy, l’adjointe de Martin Yelkouni, a insisté pour qu’on parte plus tôt alors que moi, je trouvais que minuit + 45 minutes pour se rendre, c’était bien assez. Il y a donc une crevaison, mais aussi un problème avec l’essieu. Un autre chauffeur est venu me prendre, alors que nous n'étions qu’à une dizaine de minutes de l’aéroport. En attendant, j’ai téléchargé les dernières images prises en me rendant à la Bibliotheca Alexandrina.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire